AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vivre l'illusion est meilleure que de vivre la réalité [PV: Harold]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 18/11/2014
Age : 23

Personnage
Pouvoir:
Âge: 31 ans
Métier: Héritier de la famille Corleone || Consiglere du Don || Politique à ses heures perdues || Trafiquant d'oeuvre d'art

MessageSujet: Vivre l'illusion est meilleure que de vivre la réalité [PV: Harold]   Sam 22 Nov - 20:34


Harold Selwyn & Dante Corleone
Vivre l'illusion est meilleure que de vivre la réalité


Ça avait toujours été de la sorte, ce genre de journée que tu avais depuis deux ans quelque peu de mal à supporter. Avec le temps, tu t’étais renfermé sur toi-même ignorant peu à peu les reproches que l’on pouvait te faire. Et bien que tu viennes de décrocher un poste de consultant dans le cabinet du ministre de la Justice anglaise, tu ne te fichais pas moins de cette bande de prétentieux anglais qui ne voyait rien d’autre que le pouvoir. Mais qui étais-tu pour dire que le pouvoir ne t’intéressait pas alors que tu étais dans le milieu de l’underground et que ce qui faisait ta nature, c’était justement ce pouvoir qui remontait au fil des ans qui était jouissif pas celui que l’on obtenait par nomination, mais celui que l’on prenait. Tu n’étais en effet pas le fils de n’importe qui non plus pour penser ce genre de propos et pourtant… Tu en avais assez de te obligations et du poids que pouvait porter l’héritier que tu étais, tu avais envie de ce semblant de liberté, celui où des Sgarristas de ton père ne te suivent partout où tu allais… Bien que tu saches pertinemment qu’ils sont là, tu vivais en les ignorant royalement. C’était l’in de te dons, l’ignorance, en plus de tes airs bourrus et peu commodes qui faisaient souvent fuir les jeunes femmes que l’on te présentait. Tu n’avais vraiment pas envie de retomber amoureux et même de songer à ton futur. Tu avais beau toujours la filer… Tu ne l’avais pas alors tout cela te renfrognais encore plus que d’habitude.

Dans le couloir de votre grande villa sur la rue du « The Mall », direction Buckingham Palace, le temps était extrêmement long avec les cris de tes cinq sœurs. Surtout ceux de Louison deux ans, née à Londres, elle avait eu ce traitement de faveur et ne parlait pas un mot de sicilien comme les autres membres de la famille Corleone. Au détour d’un autre couloir, tu crois ton père, le Don, le chef, que dire de plus. par respect, tu t’inclinas rapidement, mais il te tendit la main. Décemment tu l’embrassas comme c’était d’usage. « Une autre lettre de Perdere Howard vient d’arriver. C’est la troisième cette semaine. Et nous sommes mardi. Tu sais ce que ça signifie. » Naïvement, tu haussas les épaules pour répondre négativement. « Cela doit cesser Dante. » Ton visage s’assombrit un instant. « Vous me laisseriez la voir, il n’y aurait aucun problème de lettres ou de harcèlement. » Cependant Don Govani était aussi têtu que toi et argumenta : « Rappelle-moi qui a sauvé son honneur à cause de ton insouciance. ». Tu baissas les yeux, ce n’était pas toi comme devait le penser Mélisandre, mais lui. Ton père avait le don de te filer sans que tu t’en aperçoives et qu’il prenne les clichés volés d’un paparazzi pour te sauver la peau et celle de ta douce… Tu devrais en être content. Cependant, ton père te prit par l’épaule et l’âge qu’il avait et cette sagesse t’inspirait le plus grand respect envers lui : « Je ne puis comprendre ce que tu ressens, mais tu sais qu’elle n’est pas digne de toi. » « Que savez-vous de la dignité », crachas-tu amèrement. Cependant, en un geste de plus, il releva ton visage et l’air de chien battu qu’il contenait. « Elle ne fait pas partie de notre famille oublie là fils. ».

Bien que tout cela se soit passé il y a quelques heures simplement, tu avais toujours cette même impression d’avoir été pris pour un enfant de dix ans qui ne savait pas qu’il faisait. Alors que tu étais on ne peut plus sérieux quand on parlait de Mélissandre. Alors, tu avais laissé Vito te trouver une solution, c’était bien rare que tu fasses appel à lui pour de telles motivations. C’était, même la première fois, un enlèvement, enfin c’était peut-être forcé comme mot, mais tu devais dire que tu n’ignorais pas les méthodes de ton meilleur ami, et puis il n’avait pas été promu Caporegime pour rien depuis l’arrivée de ta famille en Angleterre. Il avait la méthode, la fidélité et la discrétion pour ce poste important dans l’organisation de ta famille.

Debout devant la grande baie vitrée d’un hôtel chic de Londres, mais malgré tout tenu par un de tes oncles paternels, tu attendais avec une certaine patience, une appréhension. Tu avais de quoi corrompre n’importe quel homme avec ton pouvoir, ta richesse et ton nom. Rien que ça pouvait faire peur à un homme et peu importe qui il était. Sauf le plus courageux, quelqu’un de droit et convaincu que la justice était là pour faire la bien et que tu n’étais là que pour faire le mal n’irait pas dans ton sens. Mais qui du mafieux ou de l’homme voulait parler à ce faiseur de rêve comme le nommait Vito ? C’était pus le cœur, ton cœur qui voulait la revoir, contrairement à toi qui étais apparu dans un journal il y a une semaine pour ta nomination en tant que Consultant, tu n’avais pas l’occasion de voir Mélissandre. Tes lettres étaient ouvertes et u et les photos brulés, il fallait selon ta famille que tu l’oublies le plus rapidement possible. Tu frappas du poing sur la vitre alors que ton commandant te posait une main sur l’épaule. « Consigliere, l’homme est ici. » Tu le remercias d’un bref signe de la tête en passant une main dans tes cheveux, pour enlever toute appréhension de ton visage.

Tu te retournas vers un homme, cheveux jais comme les tiens et tu l’invitas d’un geste de main à s’asseoir, congédiant Vito et les deux hommes qui avaient dû l’aidé dans cette dure tâche… Enfin peut-être pas. Tu attrapas une bouteille de whisky et servi un verre et tu demandas « Vous en voulez ? ». Tu attendais sa réponse en ajoutant : « Je présume qu’on ne vous a rien dit du pourquoi vous êtes ici ? Ou vous avez peut-être une idée ? » Comme tous les chatons apeurés, il fallait les laisser parler, s’indigner et se mettre seuls en confiance.


good vibes.


Dante ✖️ I want come back to you...
» My family said, you are a slave, but you are my star. Life talk to me and my reason understand my love for a salve. Maybe, i can come back when i will be the Godfather •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 10/11/2014

Personnage
Pouvoir:
Âge: 28 Ans.
Métier: Comédien

MessageSujet: Re: Vivre l'illusion est meilleure que de vivre la réalité [PV: Harold]   Dim 23 Nov - 11:59



Vivre l'illusion est meilleur que de vivre la réalité




Comme d'habitude, je revenais du théâtre, les mains dans mon long manteau noir. Les yeux rivés sur le trottoir ou j'évoluais, j'étais extrêmement occupé a ne pas marcher sur les lignes sombres du dallage. Aller, mon appart était pas très très loin. 

Effectuant une pose soudaine, j'admire un instant les passants. 
Et si je me payais une bonne glace ? Je la méritais non ? Aller, va pour une glace !
Un sourire d'enfant sur le visage, je reprend la marche, ignorant les pavés du trottoir. Quel parfum je vais pouvoir prendre ? Vanille, c'est mon préféré, mais d'un côté, j'aimerais bien en tester un autre quoi... Légèrement embêté par ce choix de saveur, je me demande si je pourrait pas en prendre deux... Ou alors choisir au hasard !




Ravigoré par cette idée, j'esquisse un nouveau sourire et poursuit ma route, apercevant la petite glacerie non loin. C'est alors que sans que je m'y attende, trois hommes à l'allure sportive semblent me regarder de façon étrange. Qu'est ce que j'ai...? J'ai payé mon loyer sans retard cette fois pourtant... Bien loin de penser à quelque chose de dramatique, je stoppe ma marche, et effectivement, le trio se rapproche de moi, jusqu'à s'arrêter pile devant. J'avoue que je comprends pas trop. Affichant un air surement un peu surpris, j'effleure une de mes joues mal rasée. 

- Euh... Je peux faire quelque chose pour vous... Messieurs ?


Non pas que je tienne spécialement à être sympathique, mais peut être qu'ils cherchent leur chemin, ou quelqu'un comme un ami ou de la famille... Non ? 
Les hommes mettent un peu de temps à répondre, mais un des trois, celui du milieu, me demande de les suivre. Sincèrement, je commence à trouver ça un peu bizarre. Si je le souhaitais, je pourrais facilement m'enfuir, quoique... Ils sont trois... Mon pouvoir n'est utilisable que sur une personne. Les rendre aveugle tour à tour me permettrait surement de m'en sortir, mais après tout, qu'est ce que j'ai de mieux à faire ?


Inclinant la tête, je les suis docilement -même si j'ai un peu l'impression de pas avoir trop le choix- alors qu'ils ne me répondent même pas... Bien mystérieux tout ça. 
On marche, on marche, et finalement, nous voilà face à un des plus beaux hôtels de Londres. Les yeux écarquillés, je comprends qu'ils vont me faire entrer là dedans. 
Amusé et franchement impatient, j'ajoute avec humour :


- Je suis pas vraiment habillé pour ce genre de lieu ahah !


Voyant qu'aucun des hommes ne daigne me répondre, je hausse les épaules, pendant qu'on évolue dans la bâtiment. Un truc de fou ! Hyper luxueux, grand, haut, richement décoré... J'en crois pas mes yeux. Regardant de tous les côtés, j'essais de mémoriser toutes les belles choses que je vois. L'espace d'un instant, j'ai l'impression que je suis dans une de mes propres visions ! Un des homems s'arrête brusquement, si bien que je manque de lui rentrer dedans. M'excusant poliment, je rentre dans la pièce qu'il m'indique, et y reste un instant sans bouger. 
Détaillant la pièce, je remarque qu'elle est tout aussi magnifique. Une splendide baie vitrée semble surplomber Londres, et un homme, richement vêtu, se tient devant.


Un peu embêté, je baisse les yeux sur ma personne pour voir comment je suis habillé. Mon manteau noir descends un peu sur mon jean foncé déchiré de partout... Ouais. Pas une bien bonne image hein... Brusquement, l'homme en question frappe la vitre. Sans raison apparente. Peut être que cet homme à de gros ennuis... Un des trois gaillard s'avance vers lui, ayant l'air d'annoncer une présence. Moi peut être ? 
Finalement il se retourne, semble me détailler légèrement, et m'invite à poser mes fesses.
Pas contre, j'obéis, remarquant au passage que le trio d'armoires à glace s'éclipse sur un signe de l'Homme. Ce dernier saisit une bouteille -apparemment d'alcool- et entame alors une discussion : 


"Vous en voulez ?" Puis il ajoute : "Je présume qu'on ne vous à rien dit du pourquoi vous êtes ici ? Ou vous avez peut être une idée ?"


Ah ! Non, ça j'en ai aucune idée... J'aimerais bien savoir quand même. 
Pendant un instant, Harold songea que peut être, la situation était... Ambigüe ? C'est vrai que son nouvel interlocuteur avait pas l'air bien bien sympatoche maintenant qu'il y pensait.
Mettant de côté ces idées débiles, le faiseur de rêve répondit en souriant :


- A la base, j'étais parti pour une glace à la vanille, mais un peu de whisky, pourquoi pas !


Cette réponse, habituelle pour Harold démontrait parfaitement l'être innocent qu'il était encore. Souriant toujours à l'homme, il poursuivit simplement :


- Et non, je sais pas du tout ce que je fais ici. Mais en tout cas, c'est très joli.


C'est vrai... Une nuit dans un hotel de ce genre devait couter une bonne fortune sans rire ! C'est pas lui qui allait y résider pendant une semaine... Peut être qu'il avait été tiré au sort pour gagner un séjour dans ces lieux justement ? Qui sait.


© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vivre l'illusion est meilleure que de vivre la réalité [PV: Harold]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. Vivre sans espoir c’est cesser de vivre. PV Amy
» Faut-il vivre pour manger ou bien manger pour vivre ? [ Marie Thérèse ]
» Tear « Vivre c'est mourir. Mourir c'est vivre. » (En cours)
» Il faut vivre.
» DARLING petit bichon facile à vivre (78) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misfits • Forum RPG :: Londres :: Westminster :: Hôtels-