AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

Personnage
Pouvoir:
Âge: 21 ans
Métier: Libraire

MessageSujet: Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »   Dim 14 Déc - 20:36






Pandore Mckibben


La légende dit que quand je suis née j'ai traité l'infirmière de gros tas

 
CHAPITRE 1

« - Si vous saviez docteur le nombre de fois où j'ai pu raconter mon histoire à des gens comme vous. À chaque fois c'était la même chose je devais m'asseoir dans un de ses fauteuils sous le regard perçant d'un des psychologues dans votre genre qui attendaient sagement que je déballe ma vie. Au fond je suis sûre que vous la connaissez mieux que moi, mon dossier ne fait que passer entre les mains des spécialistes de votre domaine. J'vais vous passez les détails de la conception, c'est foutrement inutile. Comme la plupart des parents américains, mes parents sont du genre très conservateur, un peu trop catholique sur les bords. Ma mère est une historienne, reconvertie en professeur dans l'une de ses prestigieuses universités. D'ailleurs elle passée plus de temps avec ses élèves qu'avec nous, comme si elle préférée élever les enfants des autres que plutôt que les siens. Et mon père lui, il était PDG d'une banque international, constamment plongé dans son travail. Vous n'imaginez pas combien de fois il a pu oublier mon anniversaire où celui de mes sœurs, vous ne savez pas à quel point c'était douloureux lorsqu'il arrivé en plein milieu d'une de mes fêtes d'anniversaire et qu'il semblait surpris. D'ailleurs sa phrase fétiche c'était « - Oh.. On fête quelques choses ? .. Bien sûr que si je savais que c'était ton anniversaire mon ange ! Attend ne bouge pas j'ai ton cadeau dans la voiture. » Suite à ça il revenait une ou deux heures plus tard avec un cadeau qui devait sûrement coûter une fortune alors que moi.. Moi tout ce qui me faisait plaisir c'était de croire en l'illusion qu'il n'avait pas oubliée alors qu'au fond je savais très bien que c'était faux. J'aime croire que c'était à cause de son travail, peut-être pour me protéger, pour ne pas m'avouer qu'en fin de compte il ne se souciait pas de nous.



En somme, mon enfance a était comme la plupart des enfances des gens de la haute société. Une enfance loin des parents, constamment dans les bras de nounous où bien des frères et sœurs occupé à nous élever comme ils le pouvaient. Malgré tout ce que j'ai pu dire ma mère a était présente dans mon enfance, mais, pas comme je l'aurais voulue. Pas comme une mère devrait l'être. Elle était là pour les reproches, pour les fêtes d'anniversaire parfois mais, surtout elle était là pour nous mener vers la voie du Seigneur. Comme toute bonne croyante qui se respecte j'ai passé environs cinq ans de ma vie au catéchisme, à écouter toutes ses histoires sur Dieu, son fils et je ne sais plus qui d'autre. Ça ne m'intéressait clairement pas mais, ma mère était ravie et je suppose que comme tout enfant qui se respecte, faire plaisir à ma mère était le plus important.




Ma période dans l'adolescente a était la plus douloureuse surtout ma période scolaire. J'avais suivi les conseils de ma mère, j'avais été la gentille fille qu'elle voulait, je n'ai jamais fait de mal à personne, je ne me suis vengé de personne, même lorsque mon premier petit-ami avait répété à tout le monde qu'il avait couché avec moi. Evidemment il m'avait fait tomber amoureuse que dans ce but, j'en suis consciente. J'avais était la risée du collège, à leurs yeux j'étais une petite salope qui avait couché avec quelqu'un de plus vieux qu'elle alors qu'elle était encore « trop jeune » mais, l'amour fait faire des choses incompréhensibles. Suite à ce petit problème je suis devenue une fille renfermée, discrète, presque invisible pour le monde entier, j'étais celle qu'on ne remarque pas où bien qu'on connût juste par rapport à son nom qui d'ailleurs, selon les petites pétasses qui me servaient de camarade de classe je ne méritais pas de portait un nom comme le mien. Je me sentais tellement salie et désespérément seule. C'est à partir de ce moment que je me suis rapproché de ma sœur, elle avait trois ans de plus que moi et elle n'avait pas hésité à casser la gueule de mon ex petit-ami lorsque je lui avais avoué ce qui m'était arrivée. Ma sœur était tout le contraire de moi, elle était belle, grande, mince, adorable, tout le monde la craignait ou bien l'adorerait. Ça ne m'étonne pas que certain se demander comment se faisait-il que j'ai le même sang qu'elle. Je n'ai jamais cru le fait qu'être seulement deux enfants dans une famille pouvait crée un aussi lien fort entre nous. Et pourtant c'est ce qu'il s'est passé. Ma sœur était mon modèle, elle m'a fait sortir de ma carapace, elle m'a appris à avoir confiance en moi, elle m'a apprise que même si nous n'étions pas gentilles avec le monde entier ce n'est pas pour autant que le Seigneur nous punira. Et je peux dire qu'en partie c'est grâce à elle que je suis devenue ainsi. Notre rapprochement nous servit à nous faire confiance mutuellement, on s'est confiés énormément de chose mais, la chose qui m'avait le plus surprise était qu'elle était attirée par les filles. À cet instant j'étais tellement choqué que je n'ai pas osé lui répondre, tous les principes que notre mère nous avait enseignés allaient à l'encontre de son orientation sexuelle. Au fils du temps j'ai fini par accepter son orientation et j'ai commencé à me poser des questions sur la mienne, je n'avais eu qu'un seul garçon dans ma vie et je n'avais jamais rien ressenti pour une fille. Ainsi sous les conseils de ma sœur j'ai sauté le pas, j'ai couché avec l'une de ses amies qui avait un physique fort agréable je dois l'avouer et j'ai aimé ça, j'ai aimé ça au point de vouloir recommencer. En parallèle j'ai commencé à coucher avec des garçons, ça m'avait pris beaucoup de temps pour refaire confiance à un homme mais, je l'ai fait. Et c'était grandiose parce que c'était tellement différent qu'une fille. Cependant, au fond de moi, à chaque coucherie je ressentais la culpabilité, je n'arrêtais pas d'entendre la voix de ma mère me racontait des horribles choses sur les gays et l'Enfer qui les attendaient. Je me sentais horriblement coupable, j'avais peur que ma sœur et moi finissons en Enfer. Et ainsi j'ai commis la pire faute de ma vie, je devais garder un secret mais, j'ai craqué. » 



CHAPITRE DEUX.



« - J'ai tout dit à ma mère. Je lui ai avoué ce que m'avait confié ma sœur, je lui ai dit qu'elle était apriori lesbienne et que j'étais attiré moi aussi par le sexe féminin mais, également par le sexe masculin. Je me souviendrais toujours de la gifle que j'ai reçue ce jour-là, ma mère était devenue complètement folle de rage et ce fût encore pire lorsque ma grande-sœur fût rentré. J'imagine que lorsqu'elle a vu mon regard et l'état de ma mère elle avait tout de suite compris. Mais, malgré tout même lorsque nous mère a sauté sur elle telle une furie en la frappant, elle ne s'est pas défendue. Mon père qui était resté dans l'ombre depuis le début avait finalement décidé d'agir pour retenir ma mère. Après tout ceci tout se passa très vite, ce fut la dernière fois où je vis ma sœur, celle-ci avait décidé de quitter le demeure familiale le soir même, sans un regard pour moi elle était partie alors qu'elle n'avait nulle pas où aller. Comme mes parents je n'ai rien fait pour la retenir, je suis resté pétrifié au milieu du salon alors que je constatais avec effroi ce que la révélation du secret que je devais garder avait fait voler en éclats notre famille. Une semaine après ce drame ma mère m'a envoyé dans un pensionnat catholique à Londres, mes années là-bas on était bizarrement amusante. Je n'avais plus aucune nouvelle de ma famille, mis à part de mon père qui cette fois-ci semblait plus proche que jamais de moi. J'avais constamment cherché à retrouver ma sœur mais, ce fut des échecs à répétition. Pendant cette période j'ai changé du tout au tout, la culpabilité me ronger de plus en plus, je me haïssais, je haïssais les autres, je haïssais ma mère. Je devenue une autre personne grâce aux pensionnaires là-bas, je n'étais pas la seule à avoir intégré le pensionnat pour avoir fauté dans mon chemin vers la bonté et dire que ça ne nous a pas rapprochées avec les autres mauvais pensionnaires serait mentir. On a créé une petite bande d'ami solide où nous passons plus de temps en salle de sanction qu'ailleurs. D'ailleurs ce fut à ce moment-là que la chose la plus étrange de ma vie s'est passée, avec ma petite bande nous avions encore fuit le pensionnat pour se promener au cœur de Londres cependant, l'orage nous avait soudainement pris de court alors que nous nous baladions au cœur de Londres. Ce fut rapidement la panique vous savez, tout le monde cherché un endroit pour s'abriter face aux énormes glaçons qui tombés du ciel. D'ailleurs à ce moment-là j'ai pensais que c'était la fin du monde où une connerie de ce genre là mais, j'avoue que je n'ai pas eu longtemps pour réfléchir à ce qui se passer presque aussi soudainement que l'orage c'était déclaré je perdis connaissance alors que la dernière chose que j'avais vu c'était un éclair tout près de moi. À mon réveil je sentais quelque chose d'étrange en moi, j'étais de retour au pensionnat avec la mère supérieur qui me faisait la morale plus que jamais. Les autres et moi nous allions a priori bien, suite à notre petite sortie nous avons était sanctionné, une semaine à laver à la brosse à dents les toilettes. C'était dur et dégoûtant je confirme. Et c'est vers le troisième jour de notre punition que j'ai découvert mon pouvoir, alors qu'on rigolait comme des déments face à nos bêtises habituels soudainement l'un de mes amis avait posé sa main sur mon épaule, chose inhabituelle puisqu'il savait que je détesté qu'on me touche. Et à peine avait-il refermé ça prise sur mon épaule que sa bouche c'était ouverte toute seule pour révéler soudainement qu'il adorait renifler les culottes des filles. Je ne vous raconte pas le choc que ça nous a fait lorsqu'il a balançait ça soudainement. Même lui semblait être choqué, personne ne comprenait et très vite il m'accusa de sorcière, voulant en être sûr l'une de mes amies me toucha une nouvelle fois et la même chose se passa. Suite à cette petite découverte mes amis et moi nous nous sommes éloignés. Certes ils avaient également des pouvoirs, enfin j'imagine vu qu'ils étaient avec moi sous l'orage, mais ils craignaient mon pouvoir, ils craignaient que je découvre tous leurs petits secrets. C'est à ce moment-là qu'une idée géniale m'est venue en tête, pourquoi pas ne pas leur faire du chantage ? J'en avais assez d'être seule, fuit comme la peste et je me suis donc servie de ce que j'avais sous la main. Et ma technique de chantage avait marché vous savez ! Ils ont exécutaient mes quatre volontés sans discuté, ils me craignaient et j'aimais ça. Je me sentais puissante, je sentais le pouvoir coulé dans mes veines, je me sentais enfin vivante pour la première fois de ma vie. Puis un jour tout se stoppa, j'ai découvert que je ne pouvais rien répété de ce qu'ils m'avaient confié malgré eux et intelligemment j'ai gardé ce petit détail pour moi. Après tout quelques semaines après il y avait la remise de diplôme donc bon, je voulais profiter des bonnes choses jusqu'à la fin. Avec brio j'ai obtenu je ne sais pas comment mon diplôme littéraire et j'ai quitté le pensionnat, une nouvelle vie allait commencer pour moi. »







CHAPITRE TROIS.





« - Moi qui pensais retourner en Amérique après avoir obtenu mon diplôme ce fut une grave erreur. Mon père était venu me chercher avec son assistant et pendant le trajet qui nous menait à notre nouvelle demeure j'ai appris tout un tas de choses. Un an après mon départ pour le pensionnat ma famille c'était brisé à jamais. Mes parents avaient divorcé, ma mère avait souhaité couper les ponts avec cette famille qui lui faisait honte et mon père c'était donc retrouvé seul à devoir gérer l'une de ses filles portées disparut dans la nature et l'autre dans un pensionnat catholique. J'étais folle de rage quand j'ai su ça, il aurait pu au moins me faire sortir de ce pensionnat, je lui en ai beaucoup voulu sur le coup puis il m'a avouait pour quoi il avait fait ça. Mon père avait cherché sans relâche ma sœur en parallèle il devait veiller sur sa société alors il était mieux pour moi que je reste à Londres pendant cette période. Et au fond peut-être qu'à présent je comprends un minimum. Mon père avait retrouvé ma sœur mais, apparemment après des mois et des mois d'acharnement il avait réussi à la faire revenir au domicile familial et à faire rentrer ma sœur dans son entreprise. Evidemment il y avait une condition à ça, ça aurait était trop beau sinon.. Ma soeur avait exigé de ne plus voir ma mère, ce que je comprenais mais, également moi. Une chose que je ne comprenais à moitié, il était flagrant qu'une chose c'était brisé entre nous mais, de là à ne plus me voir je ne comprenais pas. Je fus blessée, encore plus lorsque mon père me confia qu'il était impossible pour moi de revenir vivre avec eux dans leur nouvelle demeure. Tout aussi rapidement j'ai appris qu'en réalité son assistant nous conduisait à MA nouvelle demeure, une demeure où je devrais vivre seule et où mon père ferait le nécessaire pour que je vive le mieux que je peux en échange je devrais trouver un travail. Je n'avais pas mon mot à dire et je n'avais plus envie de rien dire, j'étais lassé de tout ceci. Ainsi la première chose que j'ai faite c'est de postuler dans l'entreprise de mon père, ce n'était pas le boulot que je rêvais mais, c'était mieux que rien. Comme tous les autres employés j'ai dû passer un entretien d'embauche, un examen médical et une consultation avec un psychologue pour voir si j'étais en état de travailler dans une entreprise telle que celle de mon père. Le résultat fut un choc pour moi et mon père, j'étais en instabilité psychologique. J'avais une incapacité flagrante à gérer ma colère et j'étais une fille beaucoup trop torturée. Je n'avais clairement pas ma place dans l'entreprise de mon père et je devais impérativement me faire suivre psychologiquement pour pas que je pète les plombs. Ainsi j'ai fait ce que m'a demandé mon père, j'ai vu des tas de psychologues censés être les meilleurs dans leur domaine puis au bout d'un moment ils ont abandonné, me dirigeant vers l'un de leurs confrères censés être mieux pour moi. C'est des conneries. Malgré mes entretiens réguliers avec mes nombreux psychologues j'ai passé plusieurs entretiens de travail jusqu'à ce qu'un jour, grâce au ciel, je fus accepté dans une petite libraire au plein cœur de Londres. J'étais contente, j'aimais la littérature et j'aimais mon travail. Je rencontrais pleine de personnes aussi différentes les uns que les autres, je rencontrais des passionnés de littérature comme moi, j'aimais discuter avec mes clients. Ca me faisait oublier que lorsque je rentrais j'étais encore une fois seule et même si les coups d'un soir occupé parfois mon lit, ce n'était pas suffisant pour faire partir la solitude que je ressentais.» 









CHAPITRE QUATRE.




« - Tout allait bien si je peux dire, jusqu'au jour où ma sœur réapparut dans ma vie. Elle s'est pointée dans ma librairie la bouche en cœur en me demandant simplement comment j'allais. À cet instant je perdis tout mon sang-froid, j'ai commencé à l'insulter, à lui hurler des choses sur le coup de la colère, elle m'en voulait d'avoir brisé son secret mais, elle n'imaginait pas ce que j'avais pu ressentir, ce que j'avais vécu jusqu'à maintenant. Et plus j'essayé de lui faire comprendre plus elle semblais têtue et borné. Et au bout d'un moment le coup est parti tout seul, je l'ai frappé encore et encore alors que j'étais pleine de rancœur et de rage. Je le regrette à présent mais, ça je ne lui dirais jamais. Après notre « bagarre » la police avait dû intervenir et j'ai était condamné à faire des TIG. Et ensuite je suis arrivé dans votre bureau docteur ! Au final, vous savez quoi docteur ? J'crois que mon prénom me va très bien.  C'est bon ? On a fini ? Bien. J'ai d'autre chat à fouetter à bientôt doc' ! »

21 ans • Handicapé des sentiments • Bisexuelle
  Acolyte   ft Troian Bellisario



Caractère
Garce ✤ Manipulatrice ✤ Torturé ✤  Égoïste ✤ Égocentrique ✤ Sensible ✤ Attachante ✤ Stratégique ✤ Mystérieuse ✤ Vigilante ✤ Trop franche ✤ Agaçante ✤ Hautaine ✤ Méprisante ✤ Maniaque ✤ Colérique ✤ Froide ✤ Folle ✤ Séductrice ✤ Sans-gêne✤


Liens recherchés


Les égoïstes vivent plus longtemps babe. [M ou F - ILLIMITE]
 C'est simple, volontairement ou pas j'ai utilisé mon pouvoir sur toi. Tu m'as révélé l'un de tes secrets dont tu as le plus honte et moi, garce comme je suis j'ai décidé de te faire chanter pour une raison quelconque raison ou bien juste pour m'amuser.

Bien joué Sherlock. [ M ou F - 3 PLACES]
• Au début j'exercé mon pouvoir sur toi que pour  pouvoir d'avantage te foutre la pression. C'était amusant, j'avais tous les bénéfices mais, fouineur comme tu es tu as découvert que j'étais une tombe. J'adore les défis et pour te faire peur j'avais décidé de faire semblant de vouloir révéler ton secret et malheureusement la situation m'as échappé. Tu sais que je ne peux rien répéter, que je le cache et tu en profites un peu trop.


Tu fais battre dangereusement mon coeur. Un peu trop même. [M ou F - LIBRE]
 C'est tellement con comment tout ça peut aller aussi vite. Toi et moi on se connaît depuis quelque temps maintenant, au début on ne pouvait clairement pas se voir. C'était des insultes à tout vas, des crêpages de chignons en perspective. On se haïssait, on ne souhaitait que la mort l'un de l'autre. Puis un jour on a déconné, on avait trop bu et on a fini sur le sol de ma demeure sans vraiment se poser de question. C'était étrange mais, c'était plaisant alors on a continué. On a continué à se haïr en apparence et à coucher ensemble une fois la nuit tombée. C'était simple, on se fichait de la vie de l'un et de l'autre, on resté buté sur notre première impression. Ça nous allait très bien jusqu'à ce que j'aie eu le malheur de m'attacher à toi. Je suis consciente que ma haine n'est qu'une façade pour cacher ce que je ressens vraiment et c'est bien pour ça qu'à présent je te fuis comme la peste.


Dégage de ma vue, respirer le même air que toi me dégoûtes. [F - LIBRE].
 Alors toi. Tout chez toi m'énerve, ton attitude, ton caractère, tes manières et même la façon dont tu respires. Tu m'insupportes à un point inimaginable. Et j'pense que ça doit être réciproque de ton côté, on est en plein dans une guerre sans limite et c'est très bien comme ça.



On fait quoi ? On s'touches où on s'arrache ? [M - LIBRE].
 Ça a commencé simplement, on était tout les deux assis dans la salle d'attente du psy' et on a discuté. Encore et encore on était presque triste lorsque l'autre à dû aller à son rendez-vous. Rapidement nos séances sont devenues des sorties entre amis, on fuyait la salle d'attente pour aller boire une bière où bien juste à traînée dehors. Tu es aussi torturé que moi et c'est ça que j'aime chez toi ! Avec toi j'me sens moi-même, tu es un peu mon partenaire de crime avec qui j'fais les quartes cent coups et qui me comprend. 




Sinon à part ça je suis ouverte à toutes idées liens ! Je ne suis pas difficile mais, j'avoue que j'ai un faible pour le compliquer mais, tracasse on va gérer ensemble 






Code par Asi'click
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

Personnage
Pouvoir:
Âge: 21 ans
Métier: Libraire

MessageSujet: Re: Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »   Dim 14 Déc - 20:41

Pandore Mckibben

ft. Troian Bellisario


sujets en cours


ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet]titre du sujet[/url]
ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet]titre du sujet[/url]
ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet.]titre du sujet.[/url]
ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet]titre du sujet[/url]

sujets archivés


ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet]titre du sujet[/url]
ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet]titre du sujet[/url]
ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet.]titre du sujet.[/url]
ft. prénom nom ✈ [url=titre du sujet]titre du sujet[/url]


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

Personnage
Pouvoir:
Âge: 21 ans
Métier: Libraire

MessageSujet: Re: Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »   Dim 14 Déc - 20:44



categories liens


Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.


Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.



Code par Asi'click

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

Personnage
Pouvoir:
Âge: 21 ans
Métier: Libraire

MessageSujet: Re: Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »   Dim 14 Déc - 20:45



categories liens


Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.


Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.

Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.
Prenom P. Nom
Nom du lien
Thalassius vero ea tempestate praefectus praetorio praesens ipse quoque adrogantis ingenii, considerans incitationem eius ad multorum augeri discrimina, non maturitate vel consiliis mitigabat, ut aliquotiens celsae potestates iras principum molliverunt, sed adversando iurgandoque cum parum congrueret, eum ad rabiem potius evibrabat, Augustum actus eius exaggerando creberrime docens, idque, incertum qua mente, ne lateret adfectans. quibus mox Caesar acrius efferatus, velut contumaciae quoddam vexillum altius erigens, sine respectu salutis alienae vel suae ad vertenda opposita instar rapidi fluminis irrevocabili impetu ferebatur.



Code par Asi'click

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

Personnage
Pouvoir:
Âge: 21 ans
Métier: Libraire

MessageSujet: Re: Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »   Dim 14 Déc - 20:46

 C'est à vous les petits choux ! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pandore † « Ma fierté me détruira, mais vaux mieux s'auto-détruire que se faire détruire. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Forum: La fierté du Lion
» Trop de fierté, tue la fierté !
» La boîte de Pandore
» Quand Pandore fait sa râleuse...
» La boîte de Pandore - Link's

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Misfits • Forum RPG :: Centre municipal :: Casiers :: Fiches de liens/RP-